Efficacité énergétique des logements

Le conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique demande aux pouvoirs publics de ne pas mettre de côté les passoires thermiques sans essayer un accompagnement de rénovation plus efficace et une étude des conséquences de cette exclusion.

Le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE) dépend du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et réunit l'ensemble des acteurs de la filière construction.

Il vient de faire connaître sa position sur les enjeux énergétiques à venir, pour lesquels les pouvoirs publics envisagent notamment la révision du facteur d’énergie primaire (Fep).

La modification de ce coefficient, telle que prévue (passer de 2,58 à 2,1), aurait pour conséquence de sortir du parc immobilier locatif les logements des classes DPE F et G, les logements dits « passoires thermiques », à défaut pour les propriétaires bailleurs de réaliser les travaux nécessaires de rénovation énergétique.

Or, le CSCEE relève l’absence de réel dispositif d’accompagnement.

Il demande en conséquence une étude d'impact concernant cette éventuelle impossibilité de mettre sur le marché du logement ces logements énergivores.

Avis sur les projets de Stratégie Nationale Bas Carbone et de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique, 21 mai 2019

Nos partenaires