Stationnement payant à Toulouse : la note grimpe !

A compter du 1er janvier 2018, l’amende pénale de 17 € pour non-paiement du stationnement sur voirie ou dépassement de la durée payée sera remplacée par un « forfait de post-stationnement ». 

À Toulouse, le conseil municipal a voté le 12 octobre dernier un forfait de 30 euros.

La réforme du stationnement payant a été initiée par la loi du 27 janvier 2014 de Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'affirmation des métropoles qui transfère toutes les compétences en matière de stationnement payant de l'État vers les collectivités. 

L’objectif de la réforme est de permettre aux collectivités :

- d’agir pour un meilleur partage de l’espace public via une plus grande rotation sur les places de stationnement ;
- de réduire la fraude (qui s'élève à près de 80 % à Toulouse) ;
- et de percevoir la totalité des recettes pour financer ses actions de mobilité durable. 

Les objectifs de la politique de stationnement à Toulouse

- Réduire l'occupation permanente de l'espace public par les « voitures ventouses » en favorisant les modes de transport alternatifs : parking relais, transports en commun...
- Favoriser le stationnement de courte durée aux abords des commerces et services.
- Faciliter le stationnement pour les résidents et les professionnels de l'urgence avec la mise en place de tarifs préférentiels.

Nos partenaires